Des nains de jardin, des maisons colorées et des chats, bienvenue dans la contrée des gens heureux !

Un petit paradis accessible à quelques coulées de brasse de la ville de Nantes. C’est en navette fluviale que je m’y rends accompagné de mon amie Sophie.

Le tumulte de la ville semble se dissiper dans les eaux sombres du fleuve pour laisser place à un calme presque surprenant.

 

trentemoult Nantes

 

Une fois arrivés sur la terre ferme, nous commençons notre exploration, nous découvrons le village de Trentemoult.

 

trentemoult Nantes

 

Pas un chat à l’horizon. Enfin si, des chats partout. Sur les murs, les terrasses et les rebords de fenêtres. Mais aucun signe de leurs maîtres.

Les félins auraient-ils pris le pouvoir sur ce territoire isolé ?

Il faut dire que le charme des ruelles colorées attise les convoitises.

« J’adorerais vivre ici » me dit Sophie.

Pas sûr que ce chat lui laisserait sa place sur ce bout de gazon.

 

chat trentemoult Nantes

 

Un humain à l’horizon. Ouf, nous ne sommes pas seuls. Il s’agit de Françoise, une habitante de la commune. Nous la rencontrons devant chez elle. Devant sa petite maison sur une petite place.

 

Françoise trentemoult Nantes

 

« Cela fait bien longtemps que les pêcheurs ont disparu du village » nous raconte-t-elle.

Au début des années 1990, le réalisateur Jean-Louis Hubert se sert du village comme décor pour son film « La Reine Blanche ».

Depuis, les artistes ont remplacé les pêcheurs. Les maisons ont pris des couleurs et les ruelles recèlent de petits trésors.

Comme ce mur réalisé par Françoise.

 

trentemoult Nantes

 

Elle est arrivée ici il y a 15 ans. L’endroit idéal pour laisser libre court à sa créativité. Elle crée des compositions à partir d’objets de récupération.

Elle nous parle de la vie du village. La promiscuité architecturale la rend conviviale. Mais elle est aussi soumise a des règles officieuses.

 

trentemoult Nantes

trentemoult Nantes

 

« Notre porte est ouverte, nous sommes réceptifs aux échanges. Elle est fermée, nous souhaitons préserver notre intimité ».

Ici, tout le monde se connait et tout le monde se respecte. Chacun a sa place.

« Parfois, il faut mettre au pli les nouveaux venus » nous dit-elle avec un grand sourire.

Elle nous présente Jean qui habite dans une rue voisine. C’est l’un des plus anciens du village.

 

jean trentemoult Nantes

 

Il y a 25 ans, quand il est arrivé, il a tout de suite été invité par ses voisins pour dîner. Depuis, rien n’a changé. Dès que le soleil brille tout le monde se retrouve dehors pour partager un repas.

« Ici, chaque rue est un village » nous dit-il.

 

trentemoult Nantes

 

Les anciennes maisons de pêcheurs ne sont pas grandes. Une pièce au rez-de-chaussé et une pièce à l’étage.

Dehors, même si le jardin est petit, cet instituteur à la retraite l’entretient avec soin.

Des nains de jardin lui tiennent compagnie. Eux aussi ont élu domicile dans ce village. Ils ont même leur propre fête. Une fois par an, au mois de septembre, toute la rue Pascal s’anime pour les célébrer. Avec Sophie, le rendez-vous est pris. Une fête des nains de jardin, on ne peut pas rater cela !

 

nain trentemoult Nantes

 

Les deux habitants nous expliquent que la quiétude du village est quelque peu perturbée le week-end. Les touristes viennent en nombre.

« Cela ne nous dérange pas, sauf quand ils regardent pas la fenêtre ! ».

Et oui, ici, le bien vivre ensemble, c’est le maître mot. Que l’on y vive ou que l’on y passe, le respect d’autrui est indispensable à l’équilibre de cette contrée des gens heureux.

 

trentemoult Nantes

 

Avant de reprendre le bateau, nous profitions des derniers rayons de soleil pour prendre un verre au bord de la Loire. On se croirait presque en vacances à quelques minutes de Nantes

 

Comment y aller ?

– prendre le Navibus au départ de la Gare Maritime (4 euros l’aller-retour). Le trajet prend quelques minutes.

 

Où dormir ?

– Françoise propose deux chambres d’hôtes (66 euros la nuit) juste à côté de chez elle sur une petite place pleine de charme : www.chez-francoise-trentemoult.fr

 

Cet article a été écrit au kilomètre 29936 de mon périple.

Commentaires

  • Garigo

    Merci pour cet article sur Trentemoult, village très atypique et dépaysant en effet.
    Je viens d’aller m’y perdre. Les ruelles étaient désertes. Même pas de chat car il pleuvait…
    J’ai donc trouvé intéressant le témoignage des deux habitants ;o)

    28 mars 2016 at 3:59

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*