Avant de traverser sur un passage piétons versaillais, pensez-bien à regarder à gauche puis à droite (normal) puis par terre (moins normal).

Pourquoi ? Parce que de véritables oeuvres d’art se trouvent sous vos pieds. Soyez attentifs, elles sont aussi discrètes que belles.

« Regarde ce portrait » me dit mon amie avec qui je visite Versailles.

« Quel portrait ? ». De loin, je ne vois qu’une tâche noire, comme si le goudron de la route s’était invité sur le passage piétons.

« Approche-toi et observe en détail ». Je m’exécute et sous mes yeux se découvre un personnage, un peu comme une illusion d’optique accompagnée de quelques mots.

street-art-versailles

Cette expression urbaine semble s’intégrer parfaitement dans le rectangle que forme la peinture blanche. Nous sommes loin du tag ou du graffiti aux couleurs éclatantes qui s’offre à nous sur un mur.

Cette creation semble appartenir à ceux qui veulent bien prendre le temps de la découvrir.

street-art-versailles

« C’est la seule ? »

Non, il y en a un peu partout dans la ville. Un veritable jeu de piste démarre… À gauche, à droite et par terre.

Nous en découvrons une dizaine, sur des passages piétons mais aussi sur d’autres parties de la route.

À chaque fois, l’oeuvre apparaît comme une calligraphie, comme de l’encre qui aurait coulé de son encrier, comme du miel déposé sur une tartine.

street-art-versailles

Qui est l’artiste qui se cache derriere ces réalisations ? Quelles sont ses motivations ? À quel moment de la journée oeuvre-t-il ? Avance-t-il masqué ?

De nombreuses questions se posent… Nous enquêtons.

L’artiste est un homme. Il s’agit d’Emmanuel Braudeau, un jeune peintre versaillais de 35 ans. Il est adepte du dripping, une technique qui consiste à laisser goutter de la peinture de ses mains pour réaliser une oeuvre artistique.

street-art-versailles

Au mois de juin dernier, il se confiait à la blogueuse Charlotte au volant :

« Je respecte le travail des gens de la voirie. Je ne veux pas pisser contre un mur, je veux simplement apporter ma touche d’harmonie ».

C’est réussi. Notre balade dans Versailles s’est transformée en une déambulation poétique et artistique. À la découverte de ces jolies courbes, en symbiose avec ces grands rectangles.

Pensez quand même à relever les yeux avant de traverser la route.

 

Je vous invite à aller faire un tour sur le site de lartiste pour découvrir ses autres travaux.

 

Cet article a été écrit au kilomètre 51763 de mon périple.

Commentaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*