Découvrez une autre approche du voyage

 Voyager gratuitement en travaillant dans des fermes ? C’est le principe du « wwoofing », un concept en plein boom depuis le milieu des années 2000. Grâce au développement d’Internet et des réseaux sociaux, nombreux sont ceux qui optent pour cette manière de voyager aussi économique qu’écologique. Mais que se cache-t-il exactement derrière ce concept ? On vous explique tout avec ce petit guide du wwoofing !

« Wwoofer », une idée pas si neuve que cela

Si le wwoofing est à la mode depuis une dizaine d’années, l’idée est pourtant née en 1971 dans l’esprit de Sue Coppard, une secrétaire londonienne ! Un peu fatiguée de sa vie de citadine, elle s’était en effet mis en tête de contacter plusieurs fermes bio afin de leur proposer ses services le temps d’un week-end. Rejointe par quelques compagnons intéressés par l’expérience, elle s’était alors rendue dans une ferme biodynamique du Sussex, afin d’y travailler gratuitement.

L’entreprise ayant été un franc succès, elle se développa pour devenir une véritable institution : le wwoofing, acronyme de « working weekends on organic farms » (travailler le week-end dans des fermes biologiques). Plus tard, l’acronyme fut transformé  en « world wide opportunities on organic farms » (opportunités mondiales dans des fermes biologiques).
Le bouche-à-oreille et, surtout, l’émergence des nouvelles technologie ont répandu le concept dans le monde entier, un peu à la manière du couchsurfing. Désormais, il est possible de s’adonner aux joies du wwoofing aux quatre coins du globe et dans une centaine de pays !

wwoofing fraises

Le woofing, comment ça marche ?

Regroupées par pays, les associations de wwoofing se chargent de mettre en relation les fermes et les volontaires désireux de participer à l’expérience. En payant une cotisation, il est ainsi possible d’accéder à tout un carnet d’adresses afin de publier des annonces et, évidemment, d’y répondre. Mais attention, le wwoofing est avant tout une expérience qui repose sur le partage, l’entraide et l’échange de connaissances. Il ne s’agit pas de travail déguisé !

Les hôtes s’engagent à nourrir et à loger les bénévoles tout en ne les faisant pas travailler plus de vingt-cinq heures par semaine. Dans la même logique, les wwoofeurs garantissent un total respect de leur environnement de travail et promettent de prêter main-forte à leur hôte.
Privilégiant exclusivement les modes de production bio et écolo, le wwoofing peut alors se décliner de mille et une manières : récolter des cultures, semer, travailler avec des animaux, entretenir un potager… Tout ce qui fait la vie d’une exploitation agricole !

expérience wwoofing

Wwoofing : une expérience internationale

Répandu à travers le monde, le principe du wwoofing donne lieu à de vrais échanges culturels dans de nombreux pays. Tout en perfectionnant une langue étrangère ou en découvrant un autre mode de vie, cette pratique permet de s’immerger dans la vie quotidienne d’une famille ou d’une exploitation.

Côté destinations, le Royaume-Uni, berceau du wwoofing, offre de nombreuses possibilités avec plus de 650 hôtes, tout comme le reste de l’Europe. Parmi les pays privilégiés des wwoofeurs, on retrouve les USA et leurs 2000 hôtes, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande ou encore le Japon, pays où la pratique connaît un véritable engouement. Pas en reste, l’Amérique Latine est aussi une terre bénie des wwoofeurs, nombre d’entre eux se rendant du Brésil au Mexique en passant par le Pérou et le Chili.
En somme, le wwoofing vous offre une foule de possibilités pour un nombre quasi infini d’expériences… à petit prix !

expérience wwoofing

Etes-vous tenté par une expérience wwoofing ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*