Nous aimons découvrir ceux qui se cachent derrière un blog de voyage que nous lisons chaque jour. Aujourd’hui, nous faisons la connaissance de Gabrielle du blog L’allée du monde.

fleurs et laptop

Qui es-tu ? D’où viens-tu ?

Je m’appelle Gabrielle, j’ai la trentaine, et j’ai grandi dans différents coins de la région parisienne jusqu’à mes 25 ans, année durant laquelle j’ai déménagé à Londres pour trouver mon premier poste dans le marketing.
Je viens d’une famille qui a ses racines à la fois en France et dans le reste du monde, avec, entre autres, des grands-parents berrichons et néerlandais. Un mélange qui détonne ! Dans ma famille, beaucoup de mes oncles et tantes ont épousé des étrangers, j’ai donc de la famille vivant dans ou originaire de nombreux pays (Vietnam, Turquie, Brésil, Suisse, Indonésie, Angleterre, Ecosse, Belgique, Laos…), mais aussi une partie de ma famille restée en France. Je perpétue la tradition familiale internationale puisqu’en octobre prochain, j’épouse mon petit ami Anglais, ramenant un autre British parmi nous!

blog l'allée du monde

Dans quels pays as-tu habité ?

Quelques semaines au Canada (Vancouver), quelques mois aux Etats-Unis (Boston puis San Francisco), beaucoup plus longtemps en Angleterre, et presque deux ans au Portugal (Lisbonne).

Qu’est-ce qui guide tes choix de destinations d’expatriation ?

Pour le Canada et les Etats-Unis, ma passion pour ces pays et mon désir d’apprendre l’anglais, qui est une langue que j’adore. Je voulais vraiment les découvrir de manière plus approfondie, je suis fascinée par leur culture, leur scène politique et leurs grands espaces. Pour l’Angleterre et le Portugal, en saisissant des opportunités professionnelles qui se sont présentées à moi.

Où te trouves-tu en ce moment ?

Je suis depuis quelques mois dans les Midlands, à une heure au Nord de Londres, dans la région de Birmingham. Plus précisément à Leicester, une ville de 350 000 habitants, connue pour avoir gagné le championnat anglais de football en 2016, abriter la tombe du roi Richard III et les restaurants de curry (les meilleurs du pays, dit-on !). La ville possède deux universités, deux grands parcs, un centre-ville médiéval et se trouve aux portes du Peak District.

Comment as-tu atterri en Angleterre ?

Il s’agit en fait de mon deuxième atterrissage en Angleterre. J’ai déménagé de Paris à Londres il y a 6 ans, pour le travail. J’y ai passé 4 ans, à travailler dans le marketing et à tomber amoureuse de cette ville chaque jour. Ce n’est pas un cliché, simplement la vérité : je ne m’attendais pas à aimer autant Londres, et à m’y sentir aussi libre, après m’être sentie étriquée en France, où la mentalité ambiante face aux jeunes et au monde du travail me pesait beaucoup. En France, mes études en sciences sociales et en relations internationales n’avaient aucune valeur sur le marché du travail, ni mes compétences de rédactrice, ou mon bilinguisme Anglais/Français. A Londres, j’ai trouvé un emploi en moins de 24h (sans exagérer, je raconte cette anecdote plus loin !).

J’ai ensuite déménagé à Lisbonne pendant deux ans pour le travail, et suis revenue en Angleterre, cette fois en province, car le pays me manquait et que je souhaitais vivre avec mon petit-ami, après une relation à distance. Il travaille à Leicester jusqu’à l’année prochaine, d’où mon atterrissage dans cette ville. Quant à moi, je travaille toujours dans le marketing comme consultante mais à distance (pour mon entreprise lisboète), j’écris et je mange des crumpets ! Tout se passe bien jusqu’à présent, durant cette première expérience britannique en dehors de Londres.

blog l'allée du monde

Qu’est-ce qui continue de te surprendre dans la vie anglaise au quotidien ?

Je pense que l’on passe par différentes phases d’approfondissement de la découverte d’une culture étrangère lorsque l’on vit dans un pays pendant longtemps. Une fois les “bases” nécessaires à la survie quotidienne assimilées (langue, codes sociaux et culturels, nourriture, monde du travail), on passe à l’apprentissage d’aspects plus profonds, qui sont souvent difficiles à comprendre avant d’avoir complètement intégré les points mentionnés ci-dessus.
Je suis par exemple plus intéressée par la politique anglaise que lors de mes premières années de vie à Londres il y a 6 ans, et je dirais qu’à présent, c’est ça qui me surprend au quotidien dans ma vie anglaise. Depuis le référendum du Brexit, et pour une personne comme moi qui a choisi de venir vivre dans le pays sur le long terme et d’épouser un Britannique, la politique fait partie intégrante du quotidien. C’est assez difficile de passer à côté de tout ça et de ne pas se sentir concerné. J’ai du mal à croire la situation politique du pays, et la manière dont le gouvernement en place gère le Brexit. Le fameux dicton “Keep calm and carry on” n’a jamais eu autant de sens que maintenant à mes yeux !

Si tu devais choisir un pays pour t’installer durablement ? 

Il y a un an, j’aurais dit l’Angleterre, mais le Brexit m’a un peu brisé le coeur, et je me verrais bien tenter l’aventure ailleurs si l’occasion se présente. J’ai toujours eu en tête que le Canada était le pays fait pour moi, à cause du mélange entre culture américaine et européenne. Je n’y ai passé qu’un mois dans ma vie, mais j’adore les Canadiens, que je trouve très ouverts. 

De quoi parle ton blog ?

L’allée du monde, lancé il y a quelques mois, parle de vie à l’étranger et d’expatriation. Je me base sur mon expérience personnelle et sur celles des nombreux autres expats croisés sur mon chemin pour parler de ce sujet avec légèreté, mais aussi mettre le doigt sur des aspects moins faciles qui constituent la vie dans un autre pays. J’écris également des articles plus spécifiques sur le Royaume-Uni et le Portugal, qui sont les pays où j’ai vécu le plus longtemps. Mon blog est aussi un moyen de parler d’écriture et de mettre en avant mes récits de voyage. J’écris ces récits depuis 7 ans, et je les organise en ce moment dans un manuscrit que j’aimerais soumettre à des éditeurs d’ici quelques mois. Ils parlent des pays où j’ai vécu, et des différentes étapes qui constituent la vie d’une personne partant vivre à l’étranger.

Selon toi qu’est-ce qui le rend différent des autres blogs ?

Comme les blogs de voyage, ce qui rend les blogs sur l’expatriation différents les uns des autres est qu’elle est vécue différemment par chaque personne, en fonction de son parcours personnel et du pays dans lequel elle vit. Globalement, mon blog parle peu des aspects techniques de l’expatriation (administration, visas etc), d’autres blogueurs le font bien mieux que moi. Je me concentre sur l’expérience de vie et l’aspect plus émotionnel, psychologique et culturel de la vie à l’étranger, qui est souvent celui qui nous frappe de plein fouet, en bien ou en moins bien, et que l’on anticipe difficilement. Alors qu’on peut toujours préparer les aspects techniques d’une expatriation, il est difficile de savoir comment on va réagir à une installation dans un autre pays avant d’y être pour de bon.

blog l'allée du monde

Te souviens-tu du premier blog qui t’a inspirée ?

C’était lorsque j’ai commencé mon poste d’éditrice et community manager à Londres, pour HostelBookers / Hostelworld, il y a 6 ans. Une grande partie de mon travail consistait à travailler avec des blogueurs voyage, et l’un des premiers blogs à m’avoir inspirée à été Les voyages de Seth et Lise. Je suis tombée amoureuse de leurs photos, et de leurs BD voyage, très drôles. J’avais adoré l’idée de cumuler plusieurs talents (photo, écriture et dessin) pour parler de leurs voyages et de leurs PVT (Programme Vacance Travail), dans des pays que j’aime beaucoup (Amérique du nord).

Quand et pourquoi as-tu commencé à bloguer ?

J’ai commencé à bloguer il y a 8 ans, parce que j’adore écrire. C’était à l’époque où je suis partie faire un stage, puis écrire aux Etats-Unis, et où j’ai gagné une Green Card (oui !) à la “Diversity Lottery”. J’étais alors la blogueuse Etats-Unis pour un site qui s’appelle Suite101. C’était avant que le blogging ne soit vraiment répandu, et cela m’a permis de décrocher mon premier poste en marketing dans le voyage, en tant qu’éditrice de contenu, à Londres. A ce moment là, gérer le blog de voyage et les médias sociaux d’HostelBookers, l’entreprise pour laquelle je travaillais, est devenu mon job. Au même moment, j’ai lancé mon premier blog personnel sur WordPress, Girls & Burgers, sur lequel j’écrivais sur les meilleurs burgers de Londres, mais cela n’a pas duré. J’écrivais en Anglais, et cette expérience m’a permis de comprendre que je préférais parler aux gens sur la toile dans ma langue maternelle, et même si j’aimais tester des restaurants à Londres, je n’étais pas assez passionnée par le sujet pour tenir la distance. J’ai également créé une ébauche de blog lorsque j’ai déménagé à Lisbonne, pour partager mes bonnes adresses et ma découverte de la ville, mais cela n’a pas duré non plus. Tenir un blog avec assiduité demande énormément de discipline, et c’est seulement avec l’Allée du monde, qui me ressemble et dont le sujet me passionne profondément, que j’ai enfin créé le bon blog.

Qu’est-ce qui te donne le plus de satisfaction dans le blogging ?

Le fait d’écrire, qui est quelque chose que j’adore, et de papoter de sujets qui me tiennent à coeur avec d’autres personnes. Comme pour beaucoup de blogueurs, la satisfaction ultime est de recevoir les réactions de mes lecteurs, de sentir que j’ai touché un sujet qui leur parle, voire même que je les ai aidés dans certains cas. J’aime également beaucoup rencontrer des blogueurs ou lecteurs “dans la vraie vie” lorsque l’occasion se présente, ou lier des amitiés digitales avec certaines personnes rencontrées par le biais du blogging, au fil des années. Aussi, le fait de mettre en avant mon écriture, et d’enfin pouvoir partager mes récits avec des personnes qui partagent mes centres d’intérêts.

Qu’est-ce que le blog a changé dans ta vie ?

Beaucoup de choses. L’Allée du monde est né au moment d’un changement de vie majeur pour moi : lorsque j’ai quitté Lisbonne pour l’Angleterre en septembre 2016 pour rejoindre mon petit ami, et où j’ai saisi au passage une opportunité de devenir consultante et de travailler de chez moi, et de consacrer plus de temps à l’écriture. Un changement de vie dont je rêvais depuis longtemps, sans en avoir l’opportunité, et en ayant un peu peur de sauter dans le vide. Mon blog a été un moyen d’affirmer cette transition. Par mon blog et ma page Facebook, j’ai l’occasion d’avoir des discussions intéressantes avec mes lecteurs et d’autres blogueurs voyage / expatriation, ce qui nourrit encore plus ma réflexion.

Mon blog a aussi été un moyen de mettre en avant mes récits de voyage, dont je parle plus haut dans l’interview. J’ai travaillé dessus dans l’ombre pendant des années lorsque j’étais salariée, le soir après le travail, le weekend, pendant mes congés, et cela a été assez libérateur de les publier sur un portefolio en ligne et de les mettre en avant sur l’Allée du monde. Un peu comme un coming out ! J’ai l’impression que l’Allée du monde m’a permis de montrer plus clairement qui je suis vraiment.

blog l'allée du monde

Quels sont tes 3 articles les plus populaires ?

Mon article le plus populaire est celui intitulé “7 difficultés auxquelles je ne m’attendais pas en partant vivre à l’étranger”. C’est aussi l’article qui m’a permis d’avoir les discussions les plus touchantes avec d’autres personnes vivant à l’étranger, qui se sont reconnues dans l’article. Mon tout dernier article “Vivre au Portugal : 15 choses inattendues que j’ai adorées”, publié mi juin, vient en second, et est devenu viral en un clin d’oeil ! Lisbonne est une destination qui passionne, et je pense que c’est l’angle de la découverte de la culture portugaise par le biais d’une immersion dans le pays qui a plu. Le troisième article le plus lu sur mon blog porte sur la culture anglaise : “20 choses que les Anglais font mieux que nous… et vice versa”, que je me suis beaucoup amusée à écrire.

Quel est ton meilleur souvenir d’expatriation ?

Mes premières semaines de vie à Londres il y a 6 ans, au début du printemps, alors que je vivais dans le beau quartier d’Hammersmith (dans l’ouest londonien, au bord de la Tamise), et que je venais de décrocher mon premier job dans le marketing dans le domaine du voyage, en CDI, dans mon domaine de prédilection. L’impression d’une renaissance après des difficultés en France à faire valoriser mes études, mes compétences et à trouver un emploi ! J’ai déménagé de Paris un dimanche, en mettant tous mes meubles dans un van, en passant par l’Eurotunnel. Le lundi matin, alors que mes cartons étaient toujours dans mon van, je me suis rendue à un entretien d’embauche, et j’ai décroché le job le jour même, moins de 24h après avoir posé le pied à Londres. C’était le poste d’éditrice chez HostelBookers / Hostelworld, où j’ai travaillé trois ans et demi. L’un de mes récits de voyage présent sur mon portfolio, “Working Girl”, raconte cet épisode assez drôle de ma vie d’expat !

Quel est ton réseau social préféré en ce moment ?

Facebook, car je pense qu’il correspond le mieux au format de mon blog et à la manière dont j’aime communiquer avec mes lecteurs. J’adore entamer des discussions, et Facebook me permet de discuter plus en profondeur. Je pense que cela se ressent, car il est de loin mon réseau qui grandit le plus vite.

Quels outils t’aident-ils à gérer ton blog au quotidien ?

Simplement Buffer pour programmer mon contenu, et la plateforme de publicités Facebook, pour donner un petit coup de pouce à mes articles de temps à autre.

Quels conseils donnerais-tu à un blogueur qui débute ?

Mon premier conseil serait de trouver le sujet qui vous passionne vraiment. Peu importe qu’il soit très “niche” (sur un aspect particulier du voyage, un seul pays ou même une seule ville), je trouve que la passion se ressent. Mon autre conseil est de travailler à des projets collaboratifs avec d’autres blogueurs ou créatifs dont le travail vous inspire, et dont la personnalité vous plait. C’est stimulant ! Le milieu du blog a beau être digital, je me suis fait de vrais “amis blogueurs” sur la toile, avec lesquels je suis parfois en contact depuis des années, et auxquels j’écris comme à de vieux amis.

Enfin, dernier conseil : se lancer sur les trois réseaux sociaux principaux (Twitter, Instagram, Facebook), puis décider de celui sur lequel on aime passer le plus de temps, mais il est plus simple de collaborer et de se faire découvrir par des lecteurs potentiels en étant sur les réseaux sociaux.

Et à quelqu’un qui souhaiterait s’expatrier ?

Le conseil qui pour moi représente une excellente base pour ceux qui songent à partir, est : si l’envie de vivre à l’étranger, pour un semestre, une année ou plus longtemps est réellement là, il faut partir ! C’est le conseil que l’on m’a donné il y a 6 ans, lorsque j’ai reçu une offre de poste dans le domaine du marketing en France, à Aix-en-Provence, juste après l’obtention de mon diplôme, au moment où l’envie de partir vivre à Londres était très également forte, bien que je n’avais, à ce moment-là, aucun poste en vue au Royaume-Uni.

J’ai fait part de ce problème à la personne qui m’offrait le poste à Aix, en lui demandant si les bureaux londoniens de l’entreprise n’auraient pas un poste pour moi à la place. Cette personne avait elle-même vécue et travaillée aux Etats-Unis, et était rentrée en France par obligation familiale plus que par choix. Elle m’a dit que si le fait de partir à l’étranger était une envie profonde, soit je serais malheureuse en restant en France, soit je démissionnerais pour partir de toute façon d’ici un an ou deux. Cette personne, que je n’ai jamais revue, m’a énormément aidée.Mon conseil est donc : partez, vous retomberez sur vos pattes, parfois de manière inattendue, souvent grâce à de belles rencontres et à une détermination que vous ne soupçonniez pas. Vous pourrez toujours rentrer dans le futur si besoin est.

blog l'allée du monde

Oxford

Raconte-nous une anecdote d’expat

La rencontre avec mon petit-ami est assez caractéristique du mode de vie expat. Je l’ai rencontré à Londres, à une soirée organisée par des amis le jour même où j’ai accepté mon poste à Lisbonne. Un couple d’amis avait déjà essayé d’organiser un blind date entre nous quelques mois auparavant, mais cela ne s’était jamais fait. La première chose que nous nous sommes dite lors de cette soirée a été que je déménageais à Lisbonne, et que lui partait 4 mois à Los Angeles pour le travail. Pas un début très prometteur pour une relation amoureuse ! Nous avons donc entamé une relation à distance entre le Portugal et les Etats-Unis, puis l’Angleterre, après un mois passé ensemble à Londres alors que je faisais mes cartons pour le Portugal. Notre relation à distance a été l’un des éléments de ma vie d’expat les plus difficiles à gérer.

3 blogs d’expat que tu apprécies

Cette année, je suis tombée amoureuse du blog Refuse to Hibernate, que je n’ai découvert que récemment. J’adore leurs photos, ils sont créatifs et ouverts aux discussions. J’aime aussi le design de leur blog et leur identité visuelle, et le fait qu’ils parlent du Canada, qui me fait tant rêver.
Je suis également une grande fan de Clémentine Latron et de ses dessins de la série “Dessines-moi un expat”, qui a également un blog qui s’appelle A Khubette’s Life. Je ne rate jamais un seul de ses dessins !
Enfin, j’ai récemment découvert les podcasts de Cristina d’Expat Heroes, une expat française qui a vécu en Espagne, en Suède et maintenant en Angleterre. Elle interviewe des expats dans le monde entier, qui ont tous un parcours de vie très différent. J’écoute ses podcasts en me préparant le matin !

Quelle sera ta prochaine destination de serial expat ?

Elle sera, pour la première fois, décidée à deux, avec mon petit ami qui deviendra bientôt mon mari. Il est historien, et peut trouver un poste un peu n’importe où d’ici un an, en Angleterre ou ailleurs. Si je devais changer de pays à nouveaux, j’aurais une préférence pour l’Amérique du Nord, l’Australie, l’Allemagne ou les Pays-Bas. Mais je ne suis pas pressée : je suis heureuse de poser mes valises quelques temps dans un seul et même endroit, et j’aimerais profiter un peu plus longtemps de la vie que je me suis créée ici en Angleterre et que j’aime beaucoup, depuis mon retour du Portugal. Restée là où je suis et reprendre mon souffle pour repartir de plus belle, c’est mon humeur du moment !

Retrouvez Gabrielle sur L'allée du monde

Si vous souhaitez être interviewé par Blogs de Voyage, contactez-nous * Pour lire d’autres portraits de blogueurs

Commentaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*