Partez à la recherche des Guides Volontaires où que vous alliez !

Dans un article précédent nous vous donnions les 5 raisons de faire appel aux guides volontaires

De plus en plus populaires, les guides volontaires – ou greeters (« hôte » dans la langue de Shakespeare) – sont un moyen convivial et original de découvrir une destination. Mais pour vous offrir leurs précieux services, mieux vaut savoir comment les contacter ! De la naissance de ce mouvement jusqu’à sa récente explosion, voici tout ce qu’il faut connaître sur les guides volontaires afin de préparer vos prochaines vacances.

Les « greeters » : qui sont-ils, d’où viennent-ils ?

 Avant d’apprendre à dénicher les guides volontaires, un brin d’explication est nécessaire… Car, un guide volontaire n’est pas la même chose qu’un simple guide touristique. Cette idée est apparue à New York en 1992 dans l’esprit de Lynn Brooks. Le terme « greeter » qu’elle a forgé désigne un citoyen qui, de manière totalement bénévole, accueille les touristes afin de leur faire découvrir sa ville.

Imaginé pour donner une image plus conviviale et plus sympathique de la métropole américaine, le concept s’est ensuite exporté pour devenir un mouvement mondial. Alors qu’on ne trouvait des guides volontaires que dans 5 métropoles du globe en 2002, le chiffre est subitement passé à 25 en 2010 et a finalement dépassé la centaine en 2015 ! Un succès grandissant qui a amené à la création du GGN : le Global Greeters Network.

Le Global Greeters Network : un réseau de guides mondialisé

 Véritable réseau mondial sans but lucratif, le Global Greeters Network réunit sous sa bannière de très nombreux guides volontaires à travers le globe. Via son site Internet, il est alors facile de trouver des greeters dans toute une variété de pays et de destinations, de New York à Paris en passant par Bruxelles, Tokyo, Bombay ou Antananarivo. Et même Toulouse !

Mais, en plus d’unifier les guides volontaires du monde entier, le réseau s’est donné pour mission de diffuser une charte éthique que les membres doivent respecter. Le GGN insiste sur le fait que les guides volontaires doivent se montrer chaleureux, qu’ils ne doivent pas accepter de groupes de plus de 6 personnes ou que leur activité doit rester 100 % gratuite.

Office de tourisme, réseaux sociaux : la toile des greeters s’agrandit  !

 Si le phénomène des guides volontaires s’est autant développé ces dernières années, c’est bien sûr grâce à l’utilisation massive des réseaux sociaux. Se servant principalement de Facebook pour répandre la bonne parole, les greeters ont grossi leurs rangs et enrôlé de nouveaux aficionados de par le monde.

En 2017, rien n’est plus simple que de trouver des guides volontaires pour vous faire visiter une ville. Entrez le mot clef « greeter » dans la barre de recherche de Facebook et accédez à des centaines de groupes : London Greeters, Pas-de-Calais Greeters, Parisien d’un jour, Parisien toujours… Des guides volontaires à n’en plus finir !

Voyant le phénomène prendre de plus en plus d’ampleur, les offices de tourisme du monde entier se sont mis à la page et redirigent désormais les vacanciers vers les associations de guides volontaires. Dans le même esprit, ceux-ci ont développé un concept similaire : les « free walking tours » (visites pédestres gratuites). Encadrées par des autochtones, souvent étudiants en histoire, ces balades plus traditionnelles vous permettent de découvrir votre environnement de manière conviviale et sans payer un sou !

Commentaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*